A la croisée des fils de soi

Bienvenue sur mon forum de tarologie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 la conjuration des imbéciles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
léa Sandre
arcane de l'Impératrice
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Sur une brique rose avec vue sur un arbre
Date d'inscription : 22/09/2004

MessageSujet: la conjuration des imbéciles   Jeu 16 Juin à 12:14

de John Kennedy Toole est très certainement un de mes deux mille livres de chevet ! (vous imaginez combien j'en ai dans ma bibliothèque !)

Très sérieusement, il est dans mon top 20 en bonne place, et comme j'ai la flemme d'en faire la critique, j'ai pompé une bonne critique ici :

http://www.lapropagationduchaos.net/livres_conjuration.htm

pour ceux qui n'ont pas la force de cliquer sur le lien, je fais un élégant copier-coller :

Citation :
"Ignatus J. Reilly est gros… très gros… Ignatus est un gros fouteur de merde, révolutionnaire dans l'âme, schizophrène drolatique… Celui-ci, habitant encore chez sa mère à 30 ans n'a de cesse de remplir ses cahiers " Big Chief " de son projet littéraire visant à démontrer la dégénérescence de la société et prônant un retour à des mœurs plus saines dans une prose moyenâgeuse. Fou incompris (où est-ce le monde qui l'entoure qui est fou ?) Ignatus change d'idées comme il change de travail... démontrant en cela son inaptitude à s'intégrer dans la société qu'il critique. La conjuration des imbéciles est le roman d'une dégénérescence ou (au choix) de la renaissance d'un personnage hors norme…

Dans les années 60, un jeune auteur achève l'écriture d'un roman qui s'inspire de la citation de Jonathan Swift apparaissant d'ailleurs en préface de son ouvrage : " Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ". Cet écrivain s'appelle John Kennedy Toole et se suicidera 10 ans plus tard à l'âge de 32 ans après avoir tenté vainement de faire publier son livre… Sa mère réussira à faire publier son premier livre à force d'acharnement et de conviction auprès d'éditeurs peu enclins à croire une mère de famille avouant à qui veut bien l'entendre que son fils mort a écrit un " grand roman ". A sa sortie, La conjuration des imbéciles est un énorme succès et comme pour souligner l'ironie des propos de Jonathan Swift, ceux-là même qui causèrent la mort de John Kennedy Toole 11 ans plus tôt, lui décernèrent en 1981 le prix Pulitzer…

Difficile d'imaginer canular plus dramatique, surtout lorsque l'on sent dans les premières pages de ce roman fulgurant la projection de ce jeune auteur dans ce corps gras, dans cet être nommé Ignatus Reilly, imbécile parmi les imbéciles. Difficile pourtant de ne pas rire devant cette critique acerbe de l'Amérique moyenne des années 60… difficile de ne pas sourire devant ce personnage égocentrique croyant tout savoir et développant des thèses plus absurdes les unes que les autres. Difficile de ne pas s'esclaffer devant la mauvaise foi, la paranoïa et l'hypocondrie aiguë (sacré anneau pylorique…) développées par ce clown intellectuel."

_________________
"N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi"
Emile Cioran (1911-1995)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
la conjuration des imbéciles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mercredi 1er Décembre 2010 : Textes de la messe de ce jour
» Célébrité: Jean Cocteau (1956)
» Quand tous vos 3° sont pour la peine de mort... Désarroi et questions!
» [2009] "Permitidme tutearos, imbéciles" : Arturo Perez Reverte s'en prend à l'éducation en Espagne
» Fatwas imbéciles (suite)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A la croisée des fils de soi :: DECOUVERTES ET PARTAGES :: Lectures-
Sauter vers: